Un rêve pour Noël

Accueil/Histoire/Un rêve pour Noël

Un rêve pour Noël

C’était un soir de décembre. Je m’en souviens comme si c’était hier. La neige tombait doucement. J’étais assise au coin du feu, perdue dans mes pensées au carrefour des rêves. Non loin, le sapin brillait de mille feux. À mes pieds, une tasse de thé refroidissait, signe que j’étais ailleurs depuis longtemps.

En cette période d’amour et de partage, on aurait pu croire que mon esprit vagabondait de gratitudes en mercis. Comment en aurait-il pu être autrement? J’avais tout ce qu’il me fallait: emploi, famille, amis. En fait, j’étais réellement reconnaissante d’être aussi choyée par la vie. Malgré tout, il subsistait un manque que je n’arrivais pas à m’expliquer.

En fait, j’en connaissais l’origine, mais je refusais de m’y référer de quelque manière que ce soit.

Quoi qu’il en soit, en ce soir de décembre, je ne sais si c’était l’ambiance ou l’appréhension d’une fin d’année semblable aux précédentes, mais je ressentais plus que jamais ce vide en moi. Empreinte d’une nostalgie des années perdues, ma réflexion me ramenait toujours au même point: un doux rêve que je caressais en secret depuis tellement longtemps que j’en avais oublié l’origine.

Alors que mon regard scrutait la pièce, cherchant en vain une forme quelconque de signe, je crus apercevoir une lueur d’espoir au travers la fenêtre, entre les flocons virevoltants. Une idée un peu folle jaillit alors dans mon esprit, presque plus folle que mon rêve lui-même. Je voulus la repousser, mais elle était tenace. À mon âge, c’était insensé, mais le manque omniprésent au creux me mon ventre finit par avoir le dessus sur ma raison: J’allais écrire au Père Noël.

Évidemment, mon esprit étant habitué à la réconfortante stabilité, une valse de commentaires de toutes sortes suivit cette idée que je trouvais de plus en plus saugrenue. Écrire au Père Noël! Je perdais définitivement la tête ou quoi?

Il y avait belle lurette que je ne croyais plus à quelque forme de magie que ce soit!

C’est à ce moment précis que je me tus, stupéfaite d’entendre de tels propos de ma part. Des larmes coulèrent silencieusement sur mes joues, leur présence ayant été trahie par l’éclat multicolore des lumières du sapin. Comment avais-je pu en arriver à ce point? En ce soir de décembre, je dus me rendre à l’évidence: Je portais ce rêve en moi, tel le poids du monde, depuis trop longtemps. Je n’avais plus rien à perdre, le vieil homme à barbe blanche recevrait une missive de ma part cette année!

Je me suis couchée le coeur léger. J’aurais cru qu’en me réveillant le lendemain, j’aurais tout oublié, mais même le brouhaha de la maisonnée n’arriva pas à m’éloigner de mon objectif. J’ai profité du fait que mon amoureux était sorti jouer dans la neige avec les enfants pour m’éclipser. Je me sentais comme une enfant sur le point de faire un mauvais coup.

Une tasse de thé à la main, je pris place à mon bureau en saisissant au passage une feuille de papier et un stylo. J’étais presque gênée d’écrire le traditionnel « Cher Père Noël… ». Mes yeux se sont fermés doucement pour que je puisse m’imprégner de mon rêve et c’est avec une lenteur presque solennelle que je laissai couler les mots empreints d’une naïveté enfantine qui n’avait pas ressurgi en moi depuis des années. En signant mon nom au bas de la page, je me suis sentie si bien, si libre, si moi. J’ai saisi une enveloppe, griffonné l’adresse et j’ai couru rejoindre ma famille dehors avec un empressement nouveau.

Cette lettre m’avait donné des ailes.

Les jours de décembre se sont écoulés dans le tourbillon des préparatifs tant et si bien que le matin de Noël arriva sans même crier gare. C’est dans la folie du déballage de cadeaux, entre les mercis, les bisous et les cris de joie des enfants, que j’aperçu un tout petit paquet garni de grelots qui ne m’était pas familier. Interloquée, j’étais sur le point de demander de qui ça venait quand une idée folle m’est passée par la tête: ce ne pouvait pas être vrai!

Saisissant le mystérieux paquet, je m’éclipsai dans la cuisine, prétextant le besoin de réchauffer ma tasse de thé alors que mon chéri se débattait avec les jouets à monter et des enfants surexcités.

Une fois seule, je saisis délicatement le présent et entrepris de l’ouvrir. À l’intérieur se trouvaient un calepin et un crayon. Étonnée, je ne compris pas la signification d’un tel cadeau. Loin de la réalisation de mon rêve, je cherchais de quoi il en retournait lorsqu’une petite enveloppe tomba du calepin. En la ramassant, j’aperçu mon prénom signe que le tout m’était vraiment destiné. À l’intérieur de celle-ci se trouvait un petit mot:

« Ho! Ho! Ho! Un rêve ne se réalise pas comme par magie, il faut du temps, du travail et un plan d’action. Voici ce qui t’aidera à te lancer. Fais-en bon usage. Tu as tout ce qu’il faut pour y parvenir, je crois en toi. Ton ami,  Père Noël »

À suivre…

18 décembre, 2016|0 commentaire

À propos de l’auteur:

Marie-Josée est accompagnante en écriture créative et percutante. Du plus loin qu'elle se souvienne, elle a été l’amie des mots, s’intéressant tant à leur douce musique qu’à leur sens. Ses nombreuses années d’expérience en tant que rédactrice-réviseure lui ont ensuite permis de mieux saisir les liens qui unissent les gens à leur langage écrit ainsi que la réalité de l’entrepreneuriat.

Laisser un commentaire