Un hamster qui s’appelle Peur

Accueil/Histoire/Un hamster qui s’appelle Peur

Un hamster qui s’appelle Peur

Dans ma tête vit un hamster qui s’appelle Peur. Un petit rongeur qui, tout au long du jour et parfois même la nuit, se délie les pattes sur la roue de mon cerveau. C’est qu’il a de l’énergie à dépenser!

Prenons, par exemple, un matin banal. Peur le hamster commence à s’activer joyeusement dès que je regarde mon ordre du jour déclenchant au passage une multitude de pensées catastrophes sans réel fondement. Une fois le petit déjeuner terminé on pourrait croire que Peur le hamster se calme un peu. Oh que non! À mesure que j’avance vers un objectif, si petit soit-il, il reprend du service en propageant une foule de fausses croyances souvent alimentées par des expériences entremêlées avec des interprétations de la réalité. Un discours négatif empreint de « pas assez ci ou ça » ou de « trop ceci ou cela » émerge inévitablement de cette course folle. À un point tel que parfois, la roue surchauffe entraînant une paralysie temporaire plus ou moins longue.

Et, il faut se le dire, être paralysée par Peur le hamster, ce n’est pas tellement agréable, surtout lorsqu’un objectif est en jeu. N’est-ce pas? Ah ha! Vous ne vous y attendiez pas! Jusqu’à présent, c’était tranquille, je parlais de mon hamster, mais qu’en est-il du vôtre? Car, j’ai réalisé que je n’étais pas la seule à vivre ainsi. Tous autant que vous êtes, vous portez en vous un petit clone de Peur le hamster.

Ne me dites pas que vous n’avez peur de rien. La peur est une réaction normale et utile à l’être humain depuis la nuit des temps puisqu’elle sert à nous protéger du véritable danger en mettant notre corps en alerte. Toutefois, comme nous ne sommes pas menacés tous les jours comme aux temps de nos ancêtres des cavernes, il a bien fallu que Peur le hamster se trouve une nouvelle vocation utile pour s’activer quand la menace se fait rare. Il est donc devenu expert dans l’art d’indiquer le chemin que nous devons prendre pour franchir une nouvelle étape vers une meilleure version de nous-même.

C’est génial, me direz-vous! Oui, en effet, mais il subsiste un petit problème. Peur le hamster ne fait pas de distinction entre ses deux fonctions. Ainsi, face à un objectif qui nous allume, il s’active pour nous prévenir d’un « danger » potentiel qui n’est, en fait, bien souvent qu’un obstacle ou un défi à surmonter.

Mais comment faire comprendre à Peur le Hamster qu’il n’y a pas de quoi paniquer? Je me suis longtemps questionnée et j’ai réalisé que plus je nourrissais mon petit hamster de croyances limitantes et de pensées catastrophes, plus il s’énervait et partait en peur pour tout et pour rien. J’ai donc déterminé 3 étapes essentielles pour l’apprivoiser et l’aider à se calmer les nerfs.

1- Reconnaître et accepter son existence

Peur le Hamster aime qu’on reconnaisse son existence, mais surtout qu’on accepte le message qu’il essaie de nous envoyer. Cette étape est la base pour réussir à passer outre la peur afin de relever les défis qui se présentent à nous, remporter de petites victoires et, ultimement, atteindre l’objectif que nous nous étions fixé.

2- Lui envoyer un message clair

Comme nous avons tendance naturellement à nourrir Peur le Hamster de négatif (doutes, appréhensions, inquiétudes), il ne faut pas s’étonner qu’il y réponde en s’emballant négativement. Pour renverser la vapeur, il nous faut donc utiliser notre prise de conscience et lui dire clairement: « Je te remercie de m’avoir prévenue, mais je ne suis pas en situation de danger. Je prends ton message positivement pour foncer et tenter de m’améliorer. » Prenez note que la formulation peu varier. L’important est qu’il comprenne que son signal est apprécié, mais qu’il peut se calmer car les choses ont été prises en main.

3- Transformer la peur en source de motivation

Une fois Peur le hamster apaisé, il importe de transformer son signal d’alarme en source de motivation sans quoi, il risque fort de douter de notre sincérité et se remettra en mode panique. Pour ce faire, il faut établir une liste de petites actions inspirantes imparfaites qui nous permettrons de nous rapprocher de notre objectif. Ainsi, un pas à la fois, Peur le hamster comprendra qu’il n’y a aucun véritable danger sauf celui de tomber et de se relever en cas d’échec.

Évidemment, vous comprendrez que ces étapes ont pour but de calmer temporairement Peur le hamster. Après tout, ses signaux de « danger potentiel » peuvent nous être grandement utiles si nous nous en servons pour l’apprivoiser afin d’en faire le moteur de notre réussite plutôt que la source de notre inaction, si temporaire soit-elle.

 

23 novembre, 2015|1 commentaire

À propos de l’auteur:

Marie-Josée est accompagnante en écriture créative et percutante. Du plus loin qu'elle se souvienne, elle a été l’amie des mots, s’intéressant tant à leur douce musique qu’à leur sens. Ses nombreuses années d’expérience en tant que rédactrice-réviseure lui ont ensuite permis de mieux saisir les liens qui unissent les gens à leur langage écrit ainsi que la réalité de l’entrepreneuriat.

Un commentaire

  1. Gisele 23 novembre 2015 à 3:47 ␣- Répondre

    Ouffff il me semble que parfois c’est toute la famille de Peur qui est dans ma tête !

Laisser un commentaire