Ralentir… une nécessité pour mieux avancer

Accueil/Réflexion/Ralentir… une nécessité pour mieux avancer

Ralentir… une nécessité pour mieux avancer

Ce texte est inspiré de mon amie Tania Boucher, créatrice de Ma voix ta voie, dont le slogan, « Ralentir pour s’accomplir », m’a fait réfléchir plus que je ne le pensais…

C’était un beau matin, le genre de matin où les oiseaux chantent comme s’ils étaient envoûtés par les doux rayons du soleil. Comme à mon habitude, je me suis levée, j’ai fait ma toilette et je me suis dirigée vers la cuisine pour me préparer un bon thé chaud. Il n’en fallut pas plus pour que je me sente instinctivement attirée par l’extérieur.  Comme si j’avais reçu une invitation de dernière minute pour profiter du temps qui passe.

Invitation tentante, il va sans dire, mais, car il y a toujours un mais, j’avais ce texte qui devait absolument être terminé sous peine de ne pas être remis à temps.

C’est donc avec un immense pincement au cœur que j’ai écouté la voix de la raison. Armée du thé que je venais tout juste de préparer,  je me suis assise sagement à mon bureau, laissant le soleil me narguer au travers la fenêtre.

Me promettant de prendre une pause une fois mon texte terminé, je me suis mise en mode travail. Au bout d’un moment, j’ai décidé de me relire pour constater avec stupeur que le débit des mots s’apparentait beaucoup plus à l’écriture d’un robot qu’à celui d’une auteure d’expérience. Dans le doute, je me suis relue une deuxième fois pour en arriver à la même conclusion.

Que se passait-il avec moi? M’étais-je perdue entre la cuisine et mon bureau? Trêve de balivernes, je n’avais tout simplement pas le temps de jouer à cache-cache avec moi-même. Le soleil me voulait dehors et moi j’avais un échéancier serré.

Ce n’était pas le temps de m’arrêter alors j’ai opté pour un compromis : Je suis sortie à l’extérieur avec mon ordinateur!

Aussitôt à l’extérieur, je me suis remise à l’écriture. Les mots coulaient certes, mais au compte-goutte. Ils faisaient un peu plus de sens que lorsque j’étais à l’intérieur, mais leur agencement m’agaçaient au plus haut point. Pas moyen d’avoir une phrase digne de ce nom sans l’avoir réécrite au moins 12 fois! Il n’y avait rien à faire! Travailler à l’extérieur était agréable, mais ce n’était pas ce que mon cœur et ma tête réclamaient.

Après une heure de guerre interne, étant toujours au point mort, je dus rendre les armes : j’avais besoin d’une pause.

J’ai donc mis l’ordinateur hors-tension pour m’abandonner au moment présent. Si le soleil avait pu m’applaudir, je crois que j’aurais eu une ovation debout. Au diable la culpabilité, je n’avançais à rien de toute façon! Je devais accepter de reculer d’un pas. Ainsi, fermant les yeux, j’ai pu constater la chaleur du soleil sur ma peau, apprécier le bruissement des feuilles sous les caresses du vent, et m’amuser du rire et les cris des enfants du voisinage…

Quand j’ai ouvert les yeux, un papillon passait par là, comme pour me saluer. Je l’ai regardé batifoler un instant quand j’ai soudainement senti l’inspiration revenir.

Je me suis rapidement emparé de mon ordinateur pour laisser mes doigts pianoter joyeusement dans une valse de mots des plus harmonieuses.

En me relisant, une demi-heure plus tard, j’ai compris la nécessité d’accepter de ralentir pour mieux avancer. À peine 10 minutes de pause auront suffit pour me retrouver et capter l’inspiration au vol. J’ai alors pondu ce texte, qui me donnait tant de difficulté quelques instants plus tôt, en un temps record! Un pas vers l’arrière pour trois vers l’avant m’a soudainement semblé un échange intéressant. Qui aurait cru que ralentir pouvait être aussi payant au sacro-saint royaume de l’efficacité?

Croyez-vous que ralentir peut effectivement permettre d’être plus efficace? J’attends votre réponse en commentaire.

27 juin, 2016|8 Comments

À propos de l’auteur:

Marie-Josée est accompagnante en écriture créative et percutante. Du plus loin qu'elle se souvienne, elle a été l’amie des mots, s’intéressant tant à leur douce musique qu’à leur sens. Ses nombreuses années d’expérience en tant que rédactrice-réviseure lui ont ensuite permis de mieux saisir les liens qui unissent les gens à leur langage écrit ainsi que la réalité de l’entrepreneuriat.

8 Commentaires

  1. Melanie Therrien 27 juin 2016 à 8:16 ␣- Répondre

    Ralentir pour mieux se recentrer et prendre conscience de toute cette pression de performance, cette routine de l’efficacité, cette course effrenée contre la montre qui nous aspirent dans un tourbillon infini. Et si la réponse était justement dans ces pauses? Ralentir pour planifier, ralentir pour organiser, ralentir pour respirer, ralentir pour se recentrer, ralentir pour s’inspirer et voir plus clair… Magnifique texte, comme toujours! :)

    • Marie-Josée 29 juin 2016 à 10:23 ␣- Répondre

      Merci! Tu as bien cerné mon propos. On se met tellement de pression partout qu’on est conditionné à performer sans relâche. Pourtant, en ralentissant, on devient beaucoup plus performant et beaucoup plus zen par rapport à toute cette pression.

  2. Edwidge 27 juin 2016 à 8:57 ␣- Répondre

    Bonnour Marie-Josée … Décidément il semble que nous ayons les astres alignés. C’est exactement le même constat que j’ai fait ce printemps, si ce n’est qu’au lieu d’un papillon j’ai eu la visite d’un cardinal, juste en face de moi !!! Magnifique !!!! Depuis, dès qu’il fait suffisamment beau .. Je fais ce compromis de travailler dehors … Ça rend les obligations plus agréables et de vraies pauses … Ou je ne fais rien …. Belle journée … Et bonne continuation

    • Marie-Josée 29 juin 2016 à 9:51 ␣- Répondre

      Nous sommes vraiment sur la même longueur d’onde! Un cardinal! Wow! C’est tellement inspirant de te lire. Merci de prendre le temps de m’écrire, je l’apprécie fortement.

  3. Julie lit au lit 27 juin 2016 à 4:38 ␣- Répondre

    Absolument! Comme je dis souvent : la créativité a besoin d’espace pour s’exprimer. Si on ne se donne pas d’espace, c’est difficile de voir la forêt. Parfois, je décide que je ne prendrais pas telle décision avant d’être sortie courir.

    Il faut simplement trouver le compromis entre se donner de l’espace en ralentissant et procrastiner ;)

    • Marie-Josée 29 juin 2016 à 9:48 ␣- Répondre

      La ligne est très mince en effet! Un jour je ferai un article sur la procrastination ;)

  4. Tania 29 juin 2016 à 8:07 ␣- Répondre

    Au moment où je te lis, ça fait une semaine que je ralentis… Et il reste une autre semaine pour approfondir cet espace. Je sais déjà qu’au retour, l’exposition de créativité sera au rendez-vous.

    • Marie-Josée 29 juin 2016 à 9:50 ␣- Répondre

      Il faut bien qu’elle sorte quelque part cette créativité au repos. Merci pour l’inspiration et bon retour à la réalité ;)

Laisser un commentaire