Quand la motivation fout le camp

Accueil/Trucs/Quand la motivation fout le camp

Quand la motivation fout le camp

5 étapes pour mieux la retrouver

Ce n’est pas facile ce matin. Oh que ce n’est pas facile! Un dix-roues pourrait m’être passé dessus que je ne verrais pas la différence. Que se passe-t-il? C’est vrai que je n’ai pas très bien dormi. Mais il m’arrive de manquer de sommeil et d’être gonflée à bloc malgré tout. Qu’est-ce qui m’arrive?

Oh, oh! J’aperçois du coin de l’oeil mon thermomètre de motivation… il indique -1000! Pas étonnant que je me sente à plat!

Mais où ma motivation est-elle passée cette fois-ci? Elle a ce talent incroyable pour s’éclipser sans laisser de trace. Elle doit bien avoir un motif pour s’envoler ainsi sans demander son reste? Petit survol rapide des derniers jours: En partant du concept que la motivation est la flamme qui attise nos actions, il est vrai que j’ai eu l’impression de ramer dans le vide. J’avais cette tâche longue et pénible à effectuer et je m’étais mis un délai irréaliste pour tout terminer.

À poser des actions sans obtenir de résultats j’ai certainement donné beaucoup plus de pouvoir à la déception qu’à la motivation.

Pas étonnant que ce matin, elle ait foutu le camp me laissant dans une impression de lâcheté intense. Parce qu’il est vrai qu’on ne se sent pas au top quand ça se produit. Le doute nous envahit, nos capacités nous semblent vacillantes, notre créativité fait la grève et, par-dessus le marché, on a peur que tout ça soit permanent. Beau tableau n’est-ce pas?

Mais pourquoi ne revient-elle pas? J’ai compris les raisons de son départ et il serait plus que temps que je la retrouve. Après tout, on forme une bonne équipe toutes les deux! Elle en flamme qui anime le moteur de mes actions et moi en créatrice qui donne vie à ce feu ardent que j’ai…. oublié d’attiser! Mais pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt! Il m’apparaît soudainement évident que tout partait de moi depuis le début!

Or, en situation d’urgence, je dois sortir l’attirail en 5 étapes pour lui donner le goût de revenir!

1- Prendre un temps d’arrêt

Il ne sert à rien de forcer les choses quand la motivation n’y est pas. S’arrêter pour prendre conscience de son absence est l’étape la plus importante. En l’omettant, on peut se vautrer dans notre malheur très longtemps et ainsi créer un climat hostile qui maintiendra notre motivation au plus bas.

2- Se changer les idées

Toute  idée pour sortir de notre torpeur est bienvenue! Ma solution miracle à cette étape reste de faire jouer de la musique à fond dans mes oreilles! À ce jour, je n’ai toujours pas trouvé mieux que d’improviser un « lipsync endiablé » pour réactiver mes neurones.

3- Se fixer des objectifs réalistes

Après une panne de motivation, mieux faut repartir lentement pour prendre une bonne vitesse de croisière. L’éternelle liste reste ma meilleure alliée à cette étape.

4- Établir des priorités

Il faut savoir que la motivation adore se gorger de nos succès. Pour cette raison, j’aime bien mettre en priorité des tâches facilement réalisables dans un temps relativement court histoire de reprendre confiance.

5- Accomplir une tâche à la fois

Rien ne sert de surcharger notre motivation avec une tonne de bûches qui étoufferaient le brasier à coup sûr. En accomplissant une tâche à la fois on s’assure de bien disposer le bois d’allumage pour une motivation qui nous alimentera jusqu’à l’accomplissement de nos tâches.

Quand la motivation fout le camp, la perspective de rester dans cet état éternellement peut être paniquant. C’était mon cas ce matin. Mais, en y pensant bien, je crois que j’ai participé à éteindre cette flamme qui, malgré son grand potentiel, demeure fragile quand on la surcharge. Après un temps d’arrêt, je repars tranquillement, dans un « lipsync » dont moi seule, a le secret vers la réalisation de mon prochain objectif.

Vous arrive-t-il de perdre votre motivation? Comment réagissez-vous? Laissez-moi votre réponse en commentaire.

À propos de l’auteur:

Marie-Josée est accompagnante en écriture créative et percutante. Du plus loin qu'elle se souvienne, elle a été l’amie des mots, s’intéressant tant à leur douce musique qu’à leur sens. Ses nombreuses années d’expérience en tant que rédactrice-réviseure lui ont ensuite permis de mieux saisir les liens qui unissent les gens à leur langage écrit ainsi que la réalité de l’entrepreneuriat.

Un commentaire

  1. Edwidge 13 juin 2016 à 10:11 ␣- Répondre

    Bonjour Marie-Josée,
    Voilà un article qu tombe à pic ! Et je t’imsgine très bien dans une transe de lipsic … ???????? c’est vrai que cela fait du bien. Pour moi la musique est également un moyen parfait pour rallumer la flamme. Je partage complètement tes astuces … J’y ajoute, la contemplation de la nature, une petite lecture ou bien le ménage … Mettre de l’ordre dans la matière, mets de l’ordre dans ma tête et dans mon âme … Je te souhaite une belle journée !!!

Laisser un commentaire