Drôle de début d’année… Suis-je normale docteur?

Accueil/Écriture/Drôle de début d’année… Suis-je normale docteur?

Drôle de début d’année… Suis-je normale docteur?

Par Marie-Josée Guérin

Déjà la fin janvier… la nouvelle année n’est déjà plus si nouvelle. Oh, il y a bien encore quelques connaissances croisées au hasard qui te souhaitent « Bonne année! » sur un ton un peu trop incertain. Tellement, que ça finit inévitablement par l’éternelle question : « Jusqu’à quand peut-on se souhaiter bonne année ? » Double malaise.

Et toi, tu as les deux pieds dedans. Tu sais très bien que déjà tout un mois s’est écoulé et que ta motivation du 1er janvier n’a pas été suivie d’actions te permettant d’être pleinement satisfaite de ce premier mois de l’année. Oh, tu as ton mot phare (toujours ça de gagné) et quelques projets auxquels tu tiens particulièrement. Drôle de début d’année ! Mais ne panique pas! Je te rassure tout de suite : tu es parfaitement normale!

Comme une tasse de thé bien chaude

Je vais te faire une comparaison toute simple. Le passage à la nouvelle année, est une période incroyablement chargée en émotions de toutes sortes. Tous les espoirs sont alors permis et c’est ce qui forge notre motivation pour entamer un nouveau cycle en force.

Ainsi, les idées bouillonnent comme jamais, un peu comme lorsqu’on prépare du thé : dans la bouilloire, l’eau devient de plus en plus chaude pour permettre l’infusion des feuilles de thé. Par la suite, il faut verser l’eau très chaude dans la tasse et laisser le temps nécessaire pour qu’elle prenne toute la saveur du thé choisi. Une fois l’infusion complétée, il y a encore un petit temps de repos qui permet à l’eau de tempérer pour éviter qu’on se brûle dès la première gorgée.

C’est exactement ce qui se passe pour toi en ce moment. Tu as commencé l’année en force avec une tonne de projets et des rêves à n’en plus finir. Puis, la vie a repris son cours après les festivités et tu as pris le temps de déposer tout ça pour te faire un plan de match. Et te voilà aujourd’hui, après un temps de repos bien mérité pour tes non moins fabuleuses idées. Rassure-toi, elles ne se sont pas envolées. Elles ont simplement pris le temps de décanter pour trouver leur juste place quelque part entre la priorité prioritaire et le simple caprice.

Un mois, ce n’est qu’un douzième de l’année!

Évidemment, tout ceci ne peut rester indéfiniment dans cet état. Ta motivation n’est pas morte, la preuve, tu te questionnes. Mais le temps file et tu trouves que tu n’as pas accompli autant de choses que tu l’aurais souhaité il y a un mois.

Pas de panique! Je sais que tu veux beaucoup et que tu t’es promis que cette année serait la tienne. Permets-moi toutefois de relativiser un peu pour calmer tes angoisses d’avoir fait un peu trop de surplace à ton goût.

Combien y a-t-il de mois dans l’année? 12! Combien y en a-t-il de passé? Un seul! Imagine maintenant une tarte coupée en 12 pointes. Prends-en une et mange-la. Tu peux même te faire un thé pour l’accompagner et prendre le temps de la déguster les yeux fermés pour en apprécier toutes la saveur. Maintenant ouvre les yeux. Que reste-t-il de la tarte? 11 morceaux!

C’est pareil pour le temps qu’il te reste cette année pour accomplir ce que tu souhaites. Tu as simplement pris un petit mois pour déposer tes idées et mettre en branle quelques trucs. Tu as 11 mois devant toi pour te réaliser à la hauteur de ce que tu souhaites. Crois-moi, il peut s’en passer des choses en 11 mois! Je te vois sourire, signe que tu as compris que tout n’est pas perdu.

Un petit rituel pour t’assurer d’optimiser le reste de l’année

Évidemment, je ne vais pas te laisser comme ça sans te donner au moins un outil pour t’aider à faire des 11 mois qui restent, une réussite qu’importe les aléas de la vie. C’est un petit rituel tout simple dont j’ai déjà parlé abondamment : La lettre pour le futur.

Ne lève pas les yeux au ciel! Je peux parfaitement comprendre que tu sois réticente à t’écrire une lettre à toi-même sans même savoir ce que ton année sera. Et si tu n’accomplissais pas ce que tu auras écrit? Et si tu ne trouvais pas les bons mots? Tout ce que je peux te dire pour te rassurer, c’est que j’ai testé ce rituel avant de te le recommander et qu’il fait maintenant partie de mes incontournables.

L’idée est simple, tu dois t’écrire une lettre que tu liras le 31 décembre prochain, à l’aube de la nouvelle année. Ce n’est pas une liste de choses à faire, mais bien un moment en tête à tête avec toi-même. Imagine que tu écris à ta meilleure amie. Le feras-tu avec un ton accusateur? Non… tu écriras simplement avec bienveillance en déposant doucement tout ce qui t’habite incluant tes craintes et tes espoirs. Les mots ne te manqueront pas non plus. Ce n’est pas le concours de la plus longue lettre.

Comme je crois que rien ne vaut un exemple, je te partage ici un live Facebook dans lequel je lis ma propre lettre quelques minutes après la lecture initiale, en tête à tête avec moi-même…

Le pouvoir de s’écrire à soi-même

Tu vois, ce n’est pas si compliqué et ça permet de créer une chose importante, voire primordiale, à l’atteinte de tes précieux objectifs de l’année : une promesse. Crois-moi tu ne te rappelleras pas un traître mot de ce que tu auras écrit lorsque viendra le moment de lire ta lettre, mais ton subconscient, lui, aura tout enregistré pour te garder alignée sur ce que tu souhaites vraiment accomplir. Ainsi, après seulement un mois, je te comprends de trouver que tu as un drôle de début d’année. Rappelle-toi toutefois que tu n’as pris qu’un douzième de celle-ci et que tu as tout en toi pour faire, du reste de ton année, un délice à la hauteur de ce que tu souhaites vraiment réaliser.

Cette semaine, fais-toi une faveur et prends le temps de t’écrire. Envoie ensuite le tout via le site Futureme.org et passe une merveilleuse année à réaliser tous tes projets! On s’en reparle le 31 décembre prochain!

29 janvier, 2017|4 Comments

À propos de l’auteur:

Marie-Josée est accompagnante en écriture créative et percutante. Du plus loin qu'elle se souvienne, elle a été l’amie des mots, s’intéressant tant à leur douce musique qu’à leur sens. Ses nombreuses années d’expérience en tant que rédactrice-réviseure lui ont ensuite permis de mieux saisir les liens qui unissent les gens à leur langage écrit ainsi que la réalité de l’entrepreneuriat.

4 Commentaires

  1. Rachel Barrette 30 janvier 2017 à 2:03 ␣- Répondre

    Merci Marie-Josée! Ça m’a fait vraiment du bien de te lire aujourd’hui. Ce n’est pas ma meilleure journée du mois, ça c’est certain. Je crois que je vais suivre ton idée et m’écrire à moi-même. Au moins ça me donnera un but pour être encore là l’an prochain. Merci!

    • Marie-Josée Guérin 1 février 2017 à 8:49 ␣- Répondre

      Je suis certaine que tu seras ravis d’avoir fait cet exercice à la fin de l’année!

  2. Gisele 30 janvier 2017 à 7:41 ␣- Répondre

    eh bien ! je me suis écrit. Ca me rappelle un peu lorsque, il y a quelques années, j’avais relu mon journal intime et avoir constaté après 10 ans que je venais d’écrire la même chose que quand je l’avais commencé. Je l’avais brûlé dans le feu du foyer. Et voyons voir à la lecture de cette lettre, si mon mot phare aura eu raison de cette lettre. Merci

    • Marie-Josée Guérin 1 février 2017 à 8:50 ␣- Répondre

      C’est une promesse que tu te fais à toi-même. L’idée n’est pas d’avoir tout réalisé, mais bien de finir avec un profond sentiment de satisfaction. J’ai bien hâte qu’on en reparle à la fin de l’année!

Laisser un commentaire