Dans le doute…

Accueil/Rédaction/Dans le doute…

Dans le doute…

Je vais écrire un article sur le doute! C’est bon ça! Après tout, le doute touche tout le monde à un moment où à un autre. Oui c’est ça, c’est un super sujet!

Je pourrais raconter une histoire! Oui! Celle d’une petite fille qui tombe face à face avec le doute! Oh, mais est-ce que mes lecteurs vont aimer ça? Je veux dire, est-ce que je vais être capable de rendre en mots ce qu’il y a dans ma tête?

Oh! À moins que je cherche 10 façons d’éloigner le doute! C’est vraiment une bonne idée! Google va certainement m’aider en plus des trucs que je sais déjà… Mais est-ce que j’en connais tant que ça? Attends, je vais compter… un, deux, trois… Ah non, ça ne marche pas! J’ai le cerveau en compote!

Ok alors, si je revenais à mon histoire?

Il était une fois, une adorable petite fille dotée d’une magnifique confiance en elle.

Est-ce vraiment le bon mot? La confiance peut-elle être magnifique? Mais qu’est-ce qui m’arrive? Bien sûr que ça se peut! Je dois me ressaisir! Alors…

Il était une fois, une adorable petite fille dotée d’une magnifique confiance en elle. Chaque jour était pour elle l’occasion de s’aventurer dans de nouveaux jeux. Elle savait qu’elle avait la capacité de réussir mille et une galipettes que ce soit sur le gazon ou dans la boue.

Un jour de pluie, elle décida d’enfiler son imperméable et ses bottes pour aller jouer dehors. Jamais elle ne s’y était risquée auparavant, mais elle rêvait si fort de danser au rythme des gouttes de pluie s’écrasant au sol.

C’est bon ça! Je suis bien partie! Mais qu’arrive-t-il par le suite? Ah oui…

C’est donc avec un empressement hors du commun qu’elle mit le nez dehors… pour se retrouver face à face avec un petit garçon au regard suspicieux. Elle se demandait bien ce qu’il pouvait faire là. Jamais elle ne l’avais vu dans les parages. Mais comme elle avait confiance en elle, elle pris son courage à deux main et lui demanda qui il était. Ce qu’il lui répondit l’étonna:

« Bonjour, jolie demoiselle! Je me présente, je suis le doute. Tu ne me reconnais pas? C’est vrai que je ne t’ai jamais vraiment rendu visite jusqu’à ce jour. Mais il n’est jamais trop tard! Il faut dire que j’ai tellement de gens à visiter! En fait, on s’arrache littéralement mes services! Alors, alors, que puis-je faire pour toi? »

Se sentant paralysée, la petite fille ne su quoi répondre. Le doute en profita pour se lancer dans un discours dont lui seul avait le secret:

« Dis-moi, tu allais danser sous le pluie n’est-ce pas?Es-tu certaine que c’est une bonne idée? Tes parents sont d’accord? Tu te sens capable de suivre le rythme? Et si les gens te voyaient? Et si tu te couvrais de ridicule? Ne crois-tu pas que tu devrais rester sagement à l’intérieur à jouer à un jeu que tu connais bien plutôt que de t’aventurer dans un nouveau jeu comme ça? Tu n’es peut-être pas assez bonne pour valser dans les flaques d’eau, après tout, ce n’est pas si simple… »

À ces mots, la petite fille recula d’un pas, puis deux. Le doute avait peut-être raison. Jamais elle n’avait osé jouer sous la pluie. Elle se demandait si c’était vraiment une bonne idée. Évidemment, elle en crevait d’envie, mais était-ce suffisant? Retourner à ses jeux habituels lui sembla intéressant pendant quelques secondes, puis elle se ravisa:

« Cher doute, tu as raison. Je ne suis jamais allée danser sous la pluie. Mais ce n’est pas la première fois que j’essaie un nouveau jeu. Je sais que je suis capable d’essayer de nouvelles choses et de les réussir. Je te demande de me laisser passer. Tu peux venir jouer avec moi si tu veux. Au moins, nous serons deux à nous couvrir de ridicule! »

Le doute recula d’un pas, puis deux. En revisitant ses réussites passées, la petite fille avait trouvé le courage et la force de le surpasser. En la voyant tourner et sauter dans de grands éclats de rire, il su qu’il avait perdu, mais ce n’était que partie remise. Elle avait beau avoir confiance, il reviendrait souvent lui chuchoter à l’oreille ce petit soupçon interrogatif destiné à ébranler sa certitude.

Point final! Pas mal tout de même! J’espère avoir fait le bon choix. J’aurais bien aimé offrir des trucs infaillibles pour chasser le doute, mais je reste convaincue que de puiser dans son passé à la recherche d’événements similaires permet de rehausser la confiance juste assez pour faire un pas de plus vers l’avant.

Quant à toi, doute, j’ai vu clair ans ton petit jeu! Non seulement tu t’es permis de jouer dans mon histoire, mais aussi dans ma tête d’auteur. Merci d’être passé, mon cher, tu m’as permis de confirmer que j’étais fort capable de ne pas t’écouter et de foncer pour continuer d’inspirer les gens. Je sais que tu reviendras, ne t’en prive pas, je m’améliore à chaque fois!

18 janvier, 2016|2 Comments

À propos de l’auteur:

Marie-Josée est accompagnante en écriture créative et percutante. Du plus loin qu'elle se souvienne, elle a été l’amie des mots, s’intéressant tant à leur douce musique qu’à leur sens. Ses nombreuses années d’expérience en tant que rédactrice-réviseure lui ont ensuite permis de mieux saisir les liens qui unissent les gens à leur langage écrit ainsi que la réalité de l’entrepreneuriat.

2 Commentaires

  1. Myriam 19 janvier 2016 à 11:46 ␣- Répondre

    Quel timing. Le doute est justement venu me visiter aujourd’hui… et hier. Mais je choisi, moi aussi, de continuer de jouer!!

    • Marie-Josée 19 janvier 2016 à 9:20 ␣- Répondre

      On a parlé de rêve la semaine passé. Le doute n’est jamais bien loin après l’extase de la grande idée ;)

Laisser un commentaire