Qu’est-ce qui compte vraiment?

Accueil/Écriture, Réflexion/Qu’est-ce qui compte vraiment?

Qu’est-ce qui compte vraiment?

Une réflexion au cœur de l’écriture

Par Éliane Bouchard

En ce moment, j’étudie pour devenir « Master coach » comme le disent mes amis français. En ce moment, je réfléchis donc à l’art de coacher. Comme tout bon coach doit d’abord travailler sur lui, je me demande : Éliane, qu’est-ce qui est le plus important pour toi?

Le plus important à mes yeux

À part mes enfants et mon amoureux, je dirais ma relation à la vie. C’est vaste, vous devez penser. Ça veut dire quoi? Ça veut dire que ce qui m’habite sans arrêt depuis que je suis toute petite, à part chanter, écrire des histoires et dessiner, c’est ma relation à Dieu. Parce que ma conscience de la mort m’amenait à me questionner sur le pouvoir que nous avons sur la vie, notre vie. Je cherchais une façon de me rassurer face à la perte.

Que faire, me disais-je, pour me sentir moins petite et plus confiante? Je savais que Dieu pouvait m’arracher quelqu’un que j’aime n’importe quand. J’avais peur de perdre ma mère. Je n’avais pas de père.

Alors, avec les années, ma question s’est transformée en : comment supporter l’idée de perdre quelqu’un que j’aime, si je n’ai aucun autre but que d’aimer?

Petite, j’étais déjà intense comme vous voyez! Je vous jure que la maîtresse, dans la cour d’école du village où j’habitais, ne me trouvait pas reposante avec mes questions sur la mort. Elle me disait : « Va jouer avec les autres et arrête de penser! »

Si à l’école je ne peux pas penser. Où le puis-je alors?

Le chemin vers l’écriture

J’ai facilement trouvé un chemin! Une feuille et mes crayons. J’ai alors commencé à écrire à Dieu.

Un jour, à l’adolescence, j’ai arrêté de lui parler. Je me disais : ça sert à quoi de prier. Si les personnes que j’ai ont à mourir, elles vont mourir. C’était difficile et souffrant de me sentir aussi petite et aussi seule. Mais quand j’écrivais, je ne l’étais plus, j’étais avec moi. Avec Dieu aussi, mais je l’avais oublié pour un temps. Je me suis alors mise à écrire un journal.

Écrire, écrire, écrire! Écrire pour mettre de la distance entre moi et ce sentiment d’impuissance. Écrire pour mieux sentir. Écrire pour crier ma joie quand j’étais amoureuse. Écrire ma peine ou la beauté qui m’émerveillait sans arrêt. Quand j’écrivais, des réponses me venaient comme si un sage m’habitait. Écrire était devenu Dieu. Celui qui me parle, m’écoute et me guide.

Plus tard, à l’acte d’écrire,  j’ai ajouté des jeux. J’écrivais d’une main et l’autre me répondait. Parfois, je changeais juste de couleur. Et puis, j’ai commencé à dessiner autour des mots comme si je dansais avec mes mots et mes sentiments. Écrire était devenu une danse, une œuvre d’art où je pouvais m’agrandir et me réinventer. Écrire était devenu mon maître! Celui qui me laisse lui poser des questions et qui me tient la main sans peur de voir la peur dans mes yeux.

Écrire pour aimer

Puis écrire m’a élaguée jusqu’à ce que je sois un vase prêt à accueillir la vie avec ses beaux et ses moins beaux côtés. Écrire m’a appris à aimer la vie. Écrire est devenu nourriture pour mon âme et aussi son serviteur. Écrire m’a ouvert la porte sur mes sens.

Aujourd’hui, j’écris avec mon corps, sa vérité m’a ramenée à Dieu. J’ai compris que Dieu parle sans cesse et que comme le dit si bien Michel Tremblay : « Les signes du ciel viennent rarement d’en haut! »

Depuis, je sais qu’écrire, c’est se laisser habiter, voire se laisser élaguer par Dieu. Écrire est un acte d’amour et de partage qui nous apprend à vivre, à vivre vivant! À donner à soi et à l’autre.

Et vous, qu’est-ce qui est le plus important à vos yeux?

15 mars, 2018|2 Comments

À propos de l’auteur:

Artiste multidisciplinaire, conteuse, comédienne, musicienne, chanteuse et j’adore m’amuser avec les couleurs. Mais j'ai surtout une passion pour la vie! J'adore en apprendre toujours un peu plus sur le développement humain. Adepte de la pleine conscience, c’est avec plaisir que je partage mes outils créatifs afin de les mettre au service d’une vie plus authentique On est heureux qu'en étant soi-même après tout!

2 Commentaires

  1. Lunesage Art Sage 18 mars 2018 à 8:54 ␣- Répondre

    J’aime écrire de cours texte, qui amène à peindre une toile abstraite. Alors le texte raconte la toile.

  2. Bouchard 16 avril 2018 à 3:07 ␣- Répondre

    Magnifique ! Bravo !

Laisser un commentaire